Isère Sourire : La Voix est Livre

Isère Sourire : La Voix est Livre

Toute la Nuit

On a beau lire, on a beau écrire et se prétendre auteur, c'est quand on lit Philippe Forest qu'on se rend compte véritablement de tout le chemin qu'il reste à parcourir pour mériter ce glorieux titre. Toute la Nuit est un chef-d'oeuvre. La tragédie qui l'habite le façonne aussi tout comme elle fait naître l'écrivain sous la plume savante de Forest. Certes l'homme n'en est pas à son coup d'essai. Il s'est déjà pas mal signé avant cette oeuvre, suffisamment pour charmer Gallimard qui ne s'y est pas trompé. Aux grandes plumes les grandes maisons d'édition n'est-ce pas ? 
Alors Toute la Nuit mérite vraiment le détour littéraire. Bien sûr, il faut avoir le courage d'affronter le drame qui se joue entre les pages du livre et qui s'est malheureusement joué dans la vie de l'auteur : la mort de Pauline, sa fille emportée par un cancer à l'âge de quatre ans. Une disparition dont on ne se remet jamais et qui a creusé un sillon si profond dans l'âme de l'auteur qu'on entend son coeur saigner à chaque page. Quel talent, quel finesse et quelle douceur se trouvent rassemblés dans cette oeuvre d'auto-fiction pour dire l'indicible, pour dire ce qu'un père ne devrait jamais avoir à dire : mon enfant est mort. Ce livre poignant est aussi une psychothérapie qui se prend pour objet d'étude, qui analyse le pouvoir des mots sur la souffrance, restituant le brouillard intime qui dévaste les parents d'une petite qui n'a pas eu toute la vie devant elle. Toute la Nuit est le récit d'une double mort : celle d'une enfant, une mort physique, et celle de ses parents derrière elle, une mort psychologique. Après Pauline que leur reste-il ? On comprend vite à cette lecture que la question : Y-a-t'il une vie après la mort ? n'est plus une question philosophique ou ésotérique mais l'illustration du changement opéré sur ceux que la défunte a laissé sur le quai. De la mort d'un enfant on ne revient jamais semble être le message que Philippe Forest essaye de faire passer et pour ce faire il renvoie les lecteurs au caractère soudain insipide des mots et des phrases disloqués derrière la dépouille de sa fillette.
Plus qu'une preuve d'amour, plus qu'un mot d'adieu, cet ouvrage est une épitaphe. Il fait de Philippe Forest un auteur génial capable de communiquer ses émotions et le chaos qui l'habite avec beaucoup de sensibilité.
Jamais livre plus bouleversant n'a été écrit, jamais preuve d'amour n'a fleuri avec tant de verve.
Je rend hommage au courage du père qui se cache derrière l'auteur et dont la peine se commue en oeuvre d'art dans Toute la Nuit.
"Qui n'a pas d'enfant, n'a pas de lumière dans les yeux" dit un proverbe persan. On aurait envie d'ajouter qu'à qui n'a plus d'enfant il reste Toute la Nuit.
A lire absolument.

 

 

31137E8SXPL._SX195_.jpg

 



25/09/2016
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Littérature & Poésie pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 14 autres membres