Isère Sourire : La Voix est Livre

Isère Sourire : La Voix est Livre

Grands textes/poésie/théâtre


A la manière de Gherasim Luca

 

 

A l'occasion d'un exercice d'écriture créative j'avais écrit ce texte l'an dernier à la manière de Gherasim Luca, poète roumain surréaliste.

 

Pardonnez moi si je passe du coq à l'âne mais c'est pour les besoins du texte.

 

 

 

 

Dispute bestiale

 

 

23h repas festif je rentre tard

Tu ne dors pas, très en colère

Tu me singe

Je te tiens tête

Tu me bourrique, tête de mule

Tu t'égosilles tu ironises, tu ries, tu hyène

Je te veux chatte tu te fais louve

Tu me traites d'âne, je te vois chienne

Tu me serpente, tu me couleuvre

Je te truite mais toi en truie

tu me pigeonne,

Tu me traites d'ours mal léché, toi la tigresse mal tigrée

je te rhinocéros féroce, bien décidé à te calmer.

Tes reproches incessants me tortue, me torturent

Je me défends, défenses d'éléphant

Tu me rabroues vieux caribou

Tu me gorille, je rugis

Tu en fait tout un drame

Tu hippopotame, tu baleine

Je hérissonne je sors mes griffes,

Je deviens porc-épic

Tu beugles, tu veau, tu vache, tu vocifères

Excès de paroles stupides

En écureuil, je t'épargne les mots de trop

Je deviens carpe.

Tu restes pie

Tu piaffes, tu jacasses, tu girafe, tu crocodile

Tu me rends fou, je deviens chèvre

Tu me cherches les poux

Alors je crie, je hurle, je ouistiti

Tu pleures, tu me crois mufle, je bluffe, me voilà buffle

Puis on s'arrête, on se regarde, on se renarde

On se pardonne, on se cochonne

Pour une histoire de rien du tout

on était comme les kangourous prêts à boxer,

Maintenant plus de lézard entre nous

On efface ça, on oublie tout,

Qu'on était bêtes ! Pas vrai ma biche ?

Me voilà doux comme un agneau qui te moutonne des mots d'amour

Je t'aimerai toujours

Si ton coeur saigne sache que tu restes mon plus beau cygne.


15/01/2018
0 Poster un commentaire

Les Tragiques

Avec Les Tragiques Théodore Agrippa d'Aubigné signait une oeuvre majeure de la Renaissance qui est un beau témoignage des inégalités sociales qui pouvaient régner à cette époque. Le roi, tyran y est fustigé et le peuple mis à l'honneur.

Des alexandrins à  n'en plus finir pour une lecture difficile mais intéressante.


02/08/2017
0 Poster un commentaire

La Cantatrice Chauve

Avec cette oeuvre Eugène Ionesco avait réussi son coup : l'absurde est au rendez-vous et quel absurde ! Avec le plus grand talent du monde, avec le plus d'application possible, on aurait pas fait mieux ! Une pièce qui restera une anthologie dans le genre anti-pièce où les héros sont tous plus idiots les uns que les autres et le message de l'auteur transparent : on parle beaucoup pour ne rien dire. La pièce démonte aussi les mécanismes du langage écran et de l'anti-communication autant dire le dialogue de sourd. Tout le monde parle, les uns après les autres et souvent même en même temps mais surtout personne ne dit quoique ce soit de pertinent. Alors effet de groupe ou limitations intellectuelles ? Avec Ionesco enterré depuis un bon bout de temps, on aura pas la réponse de sitôt mais son exercice de style est resté dans les annales et ma foi, lire un texte au second degré comme celui-ci est une expérience intellectuelle non  ?

 

 

14046-gf.jpg


17/02/2017
0 Poster un commentaire

La farce de Maître Pathelin

Je découvre avec délice le théâtre du Moyen-Age et je me régale avec La Farce de Maître Pathelin qui est aussi comique que moralisatrice et qui ma foi, n'a pas pris une ride malgré les siècles qui nous sépare de la date de sa création (le 13ème ça ne date pas d'hier).

Rigolo et instructif.

 

 

index.jpg


14/02/2017
0 Poster un commentaire

On ne bâdine pas avec l'amour

La belle histoire d'amour de Camille et Perdican est celle finalement d'un amour impossible entre une orgueilleuse d'amour et un amoureux éconduit. A relire bien sûr car c'est un chef-d'oeuvre.

 

Une des plus belles tirades de la langue française celle de Perdican quand il dit à Camille :

 

"On est souvent trompé en amour, souvent blessé et souvent malheureux mais on aime, et quand on est sur le bord de sa tombe, on se retourne pour regarder en arrière, et on se dit : J'ai souffert souvent, je me suis trompé quelque fois, mais j'ai aimé. C'est moi qui ai vécu, et non pas un être factice créé par mon orgueil et mon ennui".

 

 

index.jpg


14/02/2017
0 Poster un commentaire


Ces blogs de Littérature & Poésie pourraient vous intéresser