Isère Sourire : La Voix est Livre

Isère Sourire : La Voix est Livre

Mon amie américaine


Il est très bien écrit. Il parle d'une mère de famille inquiète pour Molly, son amie américaine dans le coma depuis sa rupture d'anévrisme. Les deux femmes se connaissent depuis des années. Elles travaillent ensemble dans le milieu du cinéma. Bien que l'une soit mariée et mère de famille et que l'autre soit célibataire et sans enfants, elles partagent de nombreux souvenirs. Leur amitié profonde l'est justement trop et en devient douteuse. Peut-être parce que les  amitiés passionnelles entre femmes adultes, sont extrêmement rares. Le scénario de "Mon amie américaine" le dernier roman de Michèle Halberstadt, est discutable. Les sentiments y sont excessifs, à fleur de peau, peut-être exacerbés par le spectre de la mort qui rôde comme une hyène affamée, autour de Molly, tout au long de l'histoire. La qualité du style de l'auteur est au rendez-vous. Indiscutable et massive comme une évidence, elle balaie les imperfections de l'histoire sur son passage. "Déménager c'est écouter chaque objet nous raconter son histoire" avance l'auteure. Une phrase qui ne laisse pas indifférent par sa profondeur. Avec les choses matérielles comme véhicules de la mémoire, on n'est pas loin de la madeleine de Proust. Le livre est bâti tout entier sur la réminiscence, avec la mort en ombre chinoise. Un sujet aussi mystérieux qu'universel qui ramène le lecteur à l'idée du temps qui passe et le plonge dans des préoccupations philosophiques. L'amitié y est analysée à travers le prisme du manque, de l'absence. "Le pire est au bout de l'absence" chantait Jean Jacques Goldman il y a une ou deux décennies. L'absence et la disparition hypothétique de Molly, bouleversent son amie et l'entrainent sur le chemin de l'introspection. Mon amie américaine est l'incarnation d'un regard qui se pose sur l'autre, une crevasse qu'il faut empêcher de saigner. Et si tout s'arrêtait là ? si l'amitié n'était qu'un plaisir qui s'arrête ? Ce roman est une tentative de réponse à ces questions.

La lecture de "La Petite" dont une critique est lisible dans cette rubrique, avait déjà semé les graines de ce qui est en train de devenir chez moi, une envie de récidiver. Avec ce nouveau texte, Michèle Halberstadt nous prouve une fois encore qu'elle est un écrivain.

Un livre à lire bien sûr.






06/01/2014
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Littérature & Poésie pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 14 autres membres